top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurLéa Gris

"J'ai peur de décevoir mes parents"



Il me tenait à cœur d'écrire un article sur ce sujet car il revient souvent lors de mes consultations et il n'est pas facile à aborder que ce soit avec les parents ou avec l'enfant à qui appartient la peur de décevoir ceux qui l'ont mis au monde...


Le but de cet article n'est pas de vous faire tomber dans la culpabilité, que ce soit en tant que parents ou en tant qu'enfant, mais de vous inviter à une réelle introspection sur vos pensées, vos comportements, vos motivations et vos aspirations jusqu'alors restées inconscientes ou non exprimées.


La peur de décevoir ceux qui comptent pour nous, peut être la cause d'une peur plus superficielle mais bien connue : la peur de l'échec. Que ce soit dans son sport, dans ses études, dans son travail, dans sa vie sentimentale ou relationnelle, bon nombre de personnes ont peur d'échouer. Non pas parce qu'ils craignent l'échec en lui-même, mais parce qu'ils craignent la(les) conséquence(s) que cet échec pourrait avoir dans leur vie. Cela les empêche alors de passer à l'action ou les poussent à s'autosaboter au quotidien.


Je vous invite à lire l'article sur la peur de l'échec si vous vous reconnaissez dans ces lignes.


En tant qu'enfant, une de nos plus grande peur est celle de perdre ses parents (elle peut également se poursuivre à l'âge adulte) ; il est alors totalement légitime d'avoir peur de décevoir ces derniers car cela pourrait symboliser la perte du lien qui nous unie avec l'un ou l'autre de nos parents.


Si tu lis cet article - en tant qu'enfant - c'est que tu t'es peut-être déjà retrouvé(e) dans une des situations suivantes :


  • Quoi que tu fasses - et ce peu importe ton âge - tu as besoin de l’approbation de tes parents (ou de l’un de tes parents). Tu aimes leur faire part de tes activités en espérant une validation de leur part.

  • Tu as une peur - consciente ou non - de les décevoir, de les rendre malheureux et donc de perdre leur amour, ou encore de te sentir abandonné(e), rejeté(e), humilié(e).

  • Tu donnes toute ton énergie dans le but de les rendre fiers, parfois au détriment de ton intégrité physique et/ou mentale.

  • Tu acceptes de faire certaines activités ou certaines tâches, non pas parce que cela te plaît, mais parce que tu sais que cela peut rendre tes parents fiers de toi.

  • A l'inverse, tu refuses parfois de faire certaines choses, ou tu tardes à passer à l'action, de peur de les décevoir.


Si tu te reconnais dans ces affirmations, je te propose de poursuivre ta lecture afin que l’on identifie ensemble ce qui te pousse à chercher autant la satisfaction de tes parents...


Cela peut être parce que :


1- Tu ressens la pression d’un de tes parents sur tes performances dans un des domaines de ta vie (scolaire, professionnel, sportif, apparence,…). Si ton parent te met la pression, ce n'est parfois pas volontaire de sa part et il y a plusieurs raisons à ce comportement :

  • lui-même n’avait pas réussi à briller dans un de ces domaine quand il était plus jeune, il a donc des regrets ou des frustrations quant à sa propre vie, il ne veut pas que tu vives la même chose ou alors il veut vivre ces réussites à travers toi

  • il ressent le besoin de te mettre en avant pour lui-même se sentir valorisé, il a des lacunes dans l’amour qu’il se porte ou qu’on lui a porté et te voir briller est une façon pour lui de se (re)considérer, de trouver un semblant d'amour à travers le regard des autres

  • Il a des croyances bien ancrées (sur le bien, le mal, ce qu’il faut faire, ne pas faire, être ou ne pas être…) et le fait de te conformer à ces mêmes croyances le rassure inconsciemment sur ce qu’il croit être vrai

Il arrive aussi parfois que l'on se mette la pression nous-même, en ayant de fausses croyances sur ce que les autres attendent de nous. Pour éviter cela, il peut être très intéressant de poser la question à ses parents : "Qu'attends-tu de moi dans ce domaine (sport, profession, relation...) ou dans la vie en général ?".

2- Tes autres frères et sœurs n’ont pas "réussis" aux yeux de ta famille, tu te sens donc dans l’obligation de les rendre fiers, tu te mets inconsciemment tout le poids de la réussite sur les épaules, ce qui génère beaucoup de pression au quotidien.


3- Contrairement au point précédent, tes frères et sœurs sont le symbole de la réussite aux yeux de ta famille, tu ne veux donc pas passer pour le vilain petit canard et tu mets toute ton énergie à essayer de t'accomplir dans un domaine précis (sport, études, profession, relations...).


4- Tu reçois constamment des critiques, tu as l’impression de n’être jamais assez, tu as déjà le sentiment d'avoir déçu un de tes parents, alors par culpabilité, tu veux faire de ton mieux pour ne pas le décevoir davantage.


5- Tu es conscient de l’investissement que tes parents ont mis dans ton sport, dans tes études - ou dans d'autres domaines de ta vie - tu te donnes alors l’obligation de ne pas les décevoir, de faire en sorte que leur investissement en toi porte ses fruits.


6- Tu ressens les émotions négatives d’un de tes parents (dépression, maladie, insatisfaction…) tu veux donc tout faire pour ne pas le rendre malheureux davantage. Tu te tiens - inconsciemment - responsable de ses ressentis, de ses émotions et pour le protéger tu veux tout donner pour qu’il adopte une attitude plus positive.


Tu t’es peut-être reconnu dans un de ces 6 points…


Tout d’abord je tenais à te féliciter d’avoir lu jusqu’au bout car - que tu sois l'enfant ou le parent - ce n’est pas un sujet facile.


Ensuite, en tant qu'enfant, je voulais te donner l’autorisation de t’enlever la responsabilité des émotions ou ressentis de tes parents. Ils ont leur émotions, tu as les tiennes. Tu n’es pas responsable de leur construction, de leurs choix, de leurs regrets, de leur frustration, de leur manque d’amour, de leur mal-être… Si tu souhaites être au commandes de ta propre vie, alors tu dois devenir responsable de toi-même, mais pas des autres. Il est important que tu te délaisses de ces sentiments de culpabilité ou de honte qui t'accompagne au quotidien parce que tu te sens responsable de ce que ressentent tes parents. Tu peux bien sûr comprendre ce qu'ils vivent intérieurement, être empathique ; tout en parvenant à poser tes limites, savoir ce qui t'appartient et ce qui ne t'appartient pas, devenir la personne que tu as envie d'être, même si cela ne plaît pas à tout le monde. Ce n'est pas un chemin facile mais c'est un chemin nécessaire car libérateur...


En effet, la liberté se trouve lorsque l'insatisfaction extérieure ne t'atteint plus, lorsque tu as la joie d'avoir ton identité propre et la possibilité d'être pleinement toi-même, indépendamment du regard des autres.


Le but bien sûr n'est pas d'aller systématiquement à l'encontre de ce que tes parents voudraient pour toi, mais plutôt, d'aller à la rencontre de ce que tu voudrais pour toi-même. Quelles sont tes envies, tes valeurs, tes passions, tes ambitions, tes rêves ? Comment te vois-tu dans un an, dans cinq ans, dans dix ans ? A quoi voudrais-tu que ressemble ta propre vie ?


Si ces mots résonnent en toi, je t'invite à prendre contact avec moi pour que l'on creuse ensemble sur ce sujet, et surtout, pour que tu parviennes à construire une vie qui te ressemble, une vie que tu auras choisie, sans aucune pression - consciente ou non - venant de l'extérieur.


Enfin, en tant que parent, je voudrais vous rassurer et vous éviter toute culpabilité. Nous avons toutes et tous nos blessures, nos frustrations, nos échecs, nos erreurs, nos remords ou nos regrets, et nous les transmettons de manière plus ou moins consciente à nos enfants parce que - dans la plupart des cas - nous voulons leur plus grand bien. Chaque individu a son Histoire, a sa façon de voir le monde, c'est ce qui fait notre personnalité, c'est ce qui nous rend unique et c'est ce qui rendra également notre enfant incomparable.


Si ces quelques lignes ont fait écho en vous, si vous avez le sentiment que votre enfant a constamment peur de vous décevoir ou a constamment besoin de votre satisfaction, alors je vous invite à prendre contact avec moi pour réaliser une première séance - avec votre enfant ou non - et approfondir ce sujet. Le but sera de vous aider à continuer de transmettre le meilleur à votre enfant tout en lui laissant la place d'avoir son identité propre. Le travail se fera donc vis-à-vis de vous-même, dans votre accomplissement personnel, ou vis-à-vis de la relation entretenue avec votre enfant.


Je finirais cet article sur ces quelques lignes : Pas d'inquiétude, si vous êtes en train de lire ces mots, vous êtes sans aucun doute une bonne maman et un bon papa, voulant le meilleur pour l'être que vous avez de plus cher...



Merci pour votre lecture.


Votre coach Léa


12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page